A partir de ce mois de mai, les personnes à risque, dont les malades souffrant d’insuffisance respiratoire (asthme – BPCO – Fibrose Pulmonaire Idiopathique) peuvent se procurer 10 masques chez leur pharmacien, sous présentation d’une ordonnance de leur médecin.

Les masques sont subitement devenus disponibles dans les grandes surfaces, alors qu’il y a encore peu de temps il était difficile, pour ne pas dire impossible de s’en procurer en pharmacie. Désormais c’est à nouveau possible. Aussi n’hésitez pas à les demander à votre pharmacien.

En phase de sortie de confinement, les distributions se poursuivent, avec pour objectif prioritaire la limitation au maximum de la diffusion du virus et l’accompagnement de la reprise d’activité“, indique le ministère de la Santé le 7 mai. “Dorénavant, les malades, les personnes contacts et les personnes à très haut risque médical (par exemple personnes immunodéprimées sévères) bénéficient eux aussi de ces dotations. Pour la population générale, en particulier dans les lieux à risque et lorsqu’elle se rend dans les établissements et chez les professionnels de santé, le port du masque grand public est recommandé.

À partir du déconfinement, ce système coexiste avec la reprise de circuits classiques de distribution de masques, qu’ils soient sanitaires ou grand public; les pharmaciens notamment peuvent à nouveau vendre des masques issus de leur propre stock, en plus des masques du stock Etat distribués gratuitement aux populations éligibles.”

La liste des personnes considérées à risque de développer une forme grave de Covid-19 et pouvant prétendre à des masques en pharmacie

Selon les données de la littérature :

  • les personnes âgées de 65 ans et plus (même si les personnes âgées de 50 ans à 65 ans doivent être surveillées de façon plus rapprochée) ;
  • les personnes avec antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV* ;
  • les diabétiques, non équilibrés ou présentant des complications* ;
  • les personnes ayant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
  • les patients ayant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les malades atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  • les personnes présentant une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm-2) ;

Et en raison d’un risque présumé de Covid-19 grave :

  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :
    o médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
    o infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 <200/mm3 ;
    o consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
    o liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;
  • les malades atteints de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
  • les personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  • les femmes enceintes, au troisième trimestre de la grossesse, compte tenu des données disponibles et considérant qu’elles sont très limitées.
[Source : Ministère de la santé, 7 mai 2020 et
Haut Conseil de la Santé Publique, 20 avril 2020, Actualisation de l’avis relatif aux personnes à risque de forme grave de Covid-19 et aux mesures barrières spécifiques à ces publics.]