La SPLF et un collectif de 24 organisations d’usagers – dont l’APEFPI et la FFAAIR – et professionnels de santé appellent ce 8 décembre à la mise en place d’une stratégie quinquennale pour le droit fondamental de respirer dès les premiers jours du mandat présidentiel de 2022. 10 propositions pour construire la Santé Respiratoire de demain seront présentées aux candidats aux élections présidentielles de 2022 en vue de mener une stratégie ambitieuse et collective pour les cinq prochaines années.

Les membres du Collectif

La Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF) associée à 24 organisations de patients, d’usagers et de professionnels de santé impliquées dans la lutte contre les maladies respiratoires, présentent ce 8 décembre leurs propositions en faveur d’une stratégie ambitieuse et collective pour les cinq prochaines années : « Respirer : un droit fondamental ! ».

En France, les maladies respiratoires restent méconnues : à peine un tiers des personnes ayant ressenti des problèmes respiratoires au cours des 12 derniers mois en ont parlé à un professionnel de santé. Pour autant, plus de 8 Français sur 10 estiment qu’elles doivent être une priorité.

Dans ce contexte, la SPLF et 24 organisations se sont constituées en collectif pour formuler des propositions afin d’améliorer la qualité de la prise en charge des maladies respiratoires, répondre à l’urgence qu’elles représentent et renforcer leur visibilité. Fruit d’une approche sans précédent, transversale, d’écoute et de co-construction, cette démarche s’est appuyée sur une consultation citoyenne en ligne Masanterespiratoire2022.fr.

« La santé respiratoire est un sujet essentiel de santé publique qui retient rarement l’attention des candidats à l’élection présidentielle et des acteurs politiques. Pourtant, notre plateforme a recueilli 460 propositions, et plus de 5000 visites, ce qui montre que la santé respiratoire est porteuse d’attentes très forte des acteurs du respiratoire et du grand public ! », a commenté la Professeure Chantal Raherison-Semjen, Présidente de la SPLF.

Olivier Veran, ministre des Solidarités et de la Santé, a salué l’initiative des Etats généraux de la santé respiratoire, « une heureuse illustration de la démocratie sanitaire ». Il a également indiqué partager le constat établi par le comité d’un système de santé « encore trop orienté vers le curatif » et souligné son ambition « d’installer efficacement [la] prévention au sein de toutes [les] politiques ».

Des propositions soumises aux candidats aux présidentielles

Après une présentation des 10 propositions du comité des Etats généraux de la santé respiratoire, Thomas Mesnier, Bernard Jomiera, et Jean-Pierre Door ont réagi et exprimé leur vision des leviers à mettre en oeuvre pour dessiner la santé respiratoire de demain (1)

« Dans un contexte de réchauffement climatique, combiné aux enjeux liés aux pesticides et à l’émergence de maladies infectieuses respiratoires, il y a urgence à se mobiliser collectivement ! », rappelle la Professeure Raherison-Semjen . « La SPLF et le collectif porteront ces propositions auprès des candidats à l’élection présidentielle de 2022 afin de s’assurer que la santé respiratoire soit une priorité des 5 prochaines années ».

Près de 10 millions de Français sont touchés par une maladie chronique des voies respiratoires. Certains le sont très durement, notamment les patients atteints de BPCO, de maladies rares (mucoviscidose, déficit en Alpha-1 antitrypsine, fibrose pulmonaire idiopathique, …), de cancers ou d’asthme sévère. Il faut y ajouter ceux atteints par la Covid-19 qui créent quotidiennement depuis le début de la pandémie un contingent supplémentaire d’insuffisants respiratoires dépendants en oxygène.

(1) Thomas Mesnier est député LREM, rapporteur général de la commission des Affaires sociales et chargé du programme santé de son parti. Bernard Jomier est sénateur SER, Vice-Président de la commission des Affaires sociales et co-rapporteur du rapport « Santé environnementale : une nouvelle ambition ». Jean-Pierre Door est député LR et Vice-Président de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale

Les propositions des Français pour construire la Santé Respiratoire de demain
Mener une stratégie ambitieuse et collective pour les cinq prochaines années
Respirer : un droit fondamental !

Pilier 1 La prévention et la lutte contre les facteurs environnementaux des maladies respiratoires
→ Proposition n°1 : Organiser, dans les 100 premiers jours de mandat, une Conférence Nationale de Santé Environnementale et Respiratoire dont l’objectif sera de préparer un projet de loi-cadre afin de formaliser l’engagement du Gouvernement sur le sujet
→ Proposition n°2 : Communiquer et informer pour accroître la visibilité et la connaissance des maladies respiratoires en développant la communication médiatique sur l’ensemble des maladies concernées (BPCO, maladies pulmonaires rares, cancers, asthme et allergies), en direction du grand public et des professionnels de santé
→ Proposition n°3 : Renforcer la diffusion de messages ciblés sur les facteurs de risques environnementaux en matière de santé respiratoire en direction du grand public et des professionnels de santé
→ Proposition n°4 : Assurer le remboursement de l’activité physique adaptée sur ordonnance par l’Assurance maladie, élargir la liste des maladies respiratoires concernées et renforcer la communication autour de cet enjeu

Pilier 2Prendre en charge les maladies respiratoires efficacement tout au long de la vie
→ Proposition n°5 : Assurer une régularité du dépistage du souffle tout au long de la vie
→ Proposition n°6 : Construire des parcours de soins pour chaque maladie respiratoire, y compris la covid-19 en intégrant aux réflexions les professionnels de santé et les représentants de patients concernés
→ Proposition n°7 : Faire de la recherche sur les maladies respiratoires et l’accès aux thérapies innovantes une priorité nationale et européenne en termes de financement

Pilier 3 – Lutter contre l’exclusion sociale et sanitaire sur l’ensemble du territoire
→ Proposition n°8 : Garantir la reconnaissance du handicap respiratoire et l’accès aux droits et prestations adaptées aux maladies respiratoires
→ Proposition n°9 : Développer une stratégie d’accompagnement ciblant la santé respiratoire pour soutenir les populations fragiles dans leur quotidien
→ Proposition n°10 : Soutenir l’inclusion des malades respiratoires en établissements scolaires et dans la vie professionnelle

Pour accéder au document complet de la consultation citoyenne, CLIQUEZ sur Télécharger