Un faible revenu est un facteur pronostique établi pour plusieurs pathologies pulmonaires chroniques. Son impact sur le pronostic de la
FPI n’a cependant jamais été étudié. Une étude fait l’hypothèse qu’un faible revenu a un impact pronostique défavorable chez les patients atteints de FPI.

Afin de tester cette hypothèse, des patients atteints de FPI ont été sélectionnés au sein d’une cohorte nationale française (COFI). Le revenu des patients a été estimé en attribuant à chaque patient sélectionné le revenu moyen de son agglomération de résidence (données INSEE). Les patients à
faibles revenus (< 18 170 € par an) ont ensuite été distingués des patients aux revenus élevés (≥ 18 170 € par an).

Deux cents patients ont été inclus (150 aux revenus élevés et 50 à faibles revenus). Les patients à faibles revenus étaient exposés de manière plus fréquente à des aérocontaminants lors de leurs activités professionnelles et à une exposition cumulée aux particules fines plus élevée. La durée de vie était plus faible chez les patients à faibles revenus (22,4 versus 36,7 mois).

Conclusion : cette étude démontre une association significative entre le niveau de revenu et la durée de vie au cours de la FPI.

[ Source : ” Faible revenu et durée de vie sans progression au
cours de la FPI : une association à étudier”
Dr Quentin Philippot, Bulletin de recherche Filière RespiFil, octobre 2020]