La pirfénidone et le nintédanib sont les seuls traitements anti-fibrosants approuvés dans la FPI. Une étude observationnelle (1) se propose de comparer les coûts des ressources utilisées entre les deux traitements. La différence est faible entre ces derniers.

Quel que soit le traitement initié, les patients ont une forte consommation de médicaments, en particulier les agents anti-diarrhéiques et les anti-coagulants. Les hospitalisations sont aussi fréquentes. Par rapport aux
patients nouvellement traités par la pirfénidone, ceux nouvellement traités
par le nintédanib ont dépensé plus pour leurs traitements médicaux : soit en moyenne 24 311euros par an, contre 22 006 euros. Les consultations médicales s’élèvent respectivement à 381 euros contre 359 euros.

Les coûts totaux liés aux ressources de santé étaient également plus élevés pour les patients traités par le nintédanib (28 882 euros) par rapport à la pirfénidone (27 980 euros). Les coûts des actes médicaux, des hospitalisations et ceux ,indirects, liés à l’utilisation des ressources de santé étaient similaires entre le patients nouvellement traités par le nintédanib ou la pirfénidone.

(1) traitement par la pirfénidone ou le nintédanib débuté entre jan. 2015 et
déc. 2016. 7194 patients inclus dans l’étude dont 11,2% ont débuté un traitement par la pirfénidone et 7,1% ont débuté un traitement par le nintédanib

[Source : Marie-Michèle Varin, RespiFIL, octobre 2020]