Quels liens peut-on établir entre la Covid-19 et la FPI ? Être frappé par ce virus peut-il conduire à révéler une FPI ? Il a été observé durant la pandémie que certains patients atteints par la Covid-19 développaient des formes sévères de fibrose du poumon. Le Prof. Gisli Jenkins, pneumologue et directeur du Centre Margaret Turner Warwick Center pour les maladies fibrosantes pulmonaires au National Institute for Health Research, est revenu, lors du Sommet européen des associations FPI, sur la question des défis communs à la fibrose pulmonaire interstitielle et à la Covid-19. Si la FPI est une maladie incurable, il y a des voies prometteuses qui l’amènent vers une maladie dont on peut guérir, souligne le pneumologue anglais.

Dans les premières semaines de la pandémie, Gisli Jenkins a été frappé de constater qu’à un stade précoce de la Covid 19, la maladie rassemblait de mêmes symptômes que ceux développés dans  la FPI. Il a noté que la Covid touche, pareillement à la FPI, en majorité les hommes d’un certain âge. ” Un nombre important de personnes se demandent si la COVID 19 elle-même mènera les malades vers la Fibrose Pulmonaire Idiopathique, explique le pneumologue. Nous voyons chez certains patients atteints par la Covid le développement très sévère de la fibrose des poumons. A l’observation de trois scanners d’un malade de la Covid, le premier scanner montre des poumons normaux au début. Au bout de trois semaines, ces poumons sont très enflammés. Six semaines plus tard, l’inflammation a été résorbée, mais les poumons ont un aspect fibrotique et probablement que la Covid 19 est responsable de la cicatrisation des cellules pulmonaires“, ajoute ce dernier.

Peut-on prévenir l’arrivée de la Fibrose ?

Nous disposons actuellement de deux molécules, pirfenidone et nintedanib, qui sont efficaces, rappelle le Pr. Jenkis. Mais la maladie continue, malgré tout, de progresser. ” La maladie affecte les patients de manière inégale. Elle est en progression constante au Royaume-Uni, suite à la pandémie de la Covid. Nous avons noté un taux de survie de 5 ans pour la FPI  pour 25 % des personnes diagnostiquées de cette maladie (ce qui est peu par rapport aux autres cancers, à l’exception du cancer des poumons et du cancer du pancréas.). Si vous souffrez de fibrose pulmonaire et que vous attrapiez la Covid, c’est encore pire et le taux de mortalité est très important (2/3 des personnes infectées). Que faire dès lors face à cette situation. Des essais cliniques sont en cours et, note le pneumologue, “l’essai clinique actuel le plus prometteur est celui de la Pentraxin-2, qui réduit la perte des poumons et les maintient à un niveau stable. (examen de la marche de 6 minutes et de la Capacité de Force Vitale, (CFV), mais cela reste en cours d’étude)

Peut-on renverser le processus qui mène à la fibrose ?

Pour le chercheur qu’est le Pr Gisli Jenkins (photo), l’exposition à des éléments nocifs pour les poumons se fait sur une longue période, à un jeune âge de 30 à 50 ans environ, et de façon continue. C’est entre 50 et 60 ans que les premiers symptômes apparaissent. Le diagnostic de la FPI est posé souvent à la soixantaine. “Nous devrions à l’avenir pouvoir identifier les pré-symptômes pour poser un diagnostic plus précoce de la maladie, afin de mieux prévenir la fibrogénèse (cicatrisation) des cellules“, note ainsi ce dernier.
Comment dès lors prévenir le raccourcissement des télomères (1) ? Les études sur l’évolution des chromosomes nous permettent de comprendre que plus les télomères raccourcissent, plus la survie des patients est faible (il y a baisse de l’auto-immunité). “Désormais, on peut mesurer des marqueurs de la matrice dans les cellules sanguines concernant la progression de la maladie. On peut aussi utiliser le Xenon MRI pour identifier les dégâts des alvéoles à un stade précoce “, explique le Pr Jenkins qui invite à observer la Covid 19, “cette maladie qui nous donne un aperçu des dégradations des tissus cellulaires, ainsi que de même mécanismes subies dans la fibrose.” “Il est probable que les remédiations virales soient semblables et on pourrait utiliser les évaluations et les connaissances nouvelles que cette pandémie a révélé pour soigner la fibrose.”

La recherche avance

La Covid 19 peut nous mener à la fibrose pulmonaire pour un nombre limité de cas, conclut le Pr Jenkins. Actuellement, la FPI reste une maladie incurable, mais il y a des voies prometteuses qui l’amènent vers une maladie que l’on guérit. Un très grand nombre de nouvelles molécules avec des mécanismes d’actions très variés sont en cours de recherche et qui arrêteront la progression de la fibrose et même renverserons le processus. Comprendre la fibrose post-Covid peut nous donner l’occasion de développer des stratégies pour remodeler le poumon fibrotique.” Un message d’espoir pour tous les patients FPI.

NB : pour revoir l’intégralité de l’intervention du Pr Jenkins, aller sur https://vimeo.com/542612071
[Texte rédigé à partir de la traduction de Aïcha Zrari Kawak]