La famille Banizette, qui réside à Creysse dans le Bergeracois, s’est mobilisée pour l’association APEFPI luttant contre la fibrose pulmonaire idiopathique, maladie qui a emporté le chef de famille, Patrice Sausset. Le journal Sud-Ouest a rendu compte de la rencontre des membres de la famille, Candy et Marc, avec Jean-Michel Fourrier, président de l’APEFPI. La somme récoltée viendra abonder les fonds consacrés à la recherche sur la FPI.

« C’est une histoire à la fois triste et belle qui a trouvé sa conclusion samedi 19 juin à Creysse, avec la remise d’un don à l’Association Pierre Enjalran fibrose pulmonaire idiopathique (Apefpi). Une association qui, comme son nom l’indique, œuvre contre une maladie idiopathique, c’est-à-dire dont la cause est inconnue. Une maladie pour laquelle il n’existe pas de traitement curatif et dont la conséquence est fatalement irréversible. »

« La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) se traduit par une modification de la structure pulmonaire, avec l’atrophie des alvéoles par la prolifération de cellules constituées de collagène. La conséquence en est que les poumons deviennent rigides et n’assurent plus les échanges absorption de l’oxygène et rejet du dioxyde de carbone. La FPI se manifeste initialement par un essoufflement et souvent une toux sèche chronique. Elle peut aussi occasionner perte d’appétit, perte de poids et sensation de fatigue. »

Fondation du souffle

« La FPI débute généralement après 50 ans. En moyenne, elle touche un homme sur 5 000 et une femme sur 7 700. Annuellement, ce sont 4 400 nouveaux cas qui sont diagnostiqués en France. Parmi ceux de l’an passé, tel a été le cas de Patrice Sausset, le père de la creyssoise Candy Banizette. Il est décédé au début du mois [de juin], suite à un développement rapide de la maladie. Il était militaire à Mont-de-Marsan et voulait venir s’installer en Bergeracois pour sa retraite. La FPI ne lui en a pas laissé le temps. À l’occasion des obsèques, Candy et Marc, son gendre, ont préféré le recueil de dons aux fleurs et couronnes. C’est ainsi qu’ils ont pu collecter quelque 1 500 euros au profit de l’Apefpi.

(A gauche) Les membres de la famille Banizette aux côtés de Jean-Michel Fourrier et de sa compagne Isabelle (à droite)

Samedi, Jean-Michel Fourrier, le président national de l’Apefpi, lui-même touché par la maladie, est venu rendre visite à Candy, Marc et leur fille, afin de percevoir ce don. « Il va être intégré à une enveloppe de 50 000 euros destinée à financer un projet de recherche lancé par la Fondation du souffle » a-t-il expliqué.

[Sud-Ouest Jean-Luc Chanteau, Publié le 25/06/2021]