France Assos Santé a validé la stratégie de la Haute Autorité de Santé (HAS) considérant qu’il fallait vacciner en priorité les personnes les plus fragiles et résidant en établissements où la vie en collectivité augmente le risque de contagion.

France Assos Santé demande l’accélération sans délai de la vaccination, avec la mise en œuvre avancée de la phase 2 afin de protéger rapidement les populations les plus fragiles, les plus vulnérables et les plus exposées.

Les plus vulnérables, quel que soit leur âge, risquent leur vie avec des formes graves plus fréquentes. les patients FPI en font partie; La HAS l’a rappelé dans sa recommandation du 18 décembre 2020, mais l’information n’est pas passée, ni auprès des personnes concernées, ni auprès de leurs médecins.

L’Assurance Maladie doit jouer un rôle majeur dans la diffusion de ces messages, notamment au moyen des comptes Ameli.

Ne pas accélérer la campagne en se donnant tous les moyens nécessaires, c’est mettre en danger le fragile équilibre sanitaire de la Nation et son équilibre économique.

La logistique doit être claire et affirmée avec force : chacun doit pouvoir se faire vacciner au plus près de chez lui et dans les meilleurs délais.

Il s’agit désormais de mobiliser d’importants moyens humains et matériels. L’annonce de l’ouverture de centres de vaccination est une première étape qui tient compte des conditions spécifiques de conservation des premiers vaccins disponibles.

Cette mobilisation doit s’accompagner d’une garantie de disponibilité des doses en nombre suffisant et s’adapter si besoin en considérant tous les moyens possibles pour gagner la bataille décisive qui s’engage dès maintenant.

[Communiqué de presse de France Asso Santé du 4 janvier 2020]